Revue des Sciences Humaines et Sociales

Al Irfan est une Revue scientifique annuelle fondée en 2014 à l’IEHL. Elle publie des travaux à caractère disciplinaire, pluridisciplinaire et interdisciplinaire, en mettant en exergue l’exploration des mondes hispanique et lusophone et leurs intersections, dans leurs dimensions historiques, culturelles, sociologiques, politiques et économiques.

Image non disponible

Slider

Driss El Ganbouri, Cara a cara con el diablo: Un yihadista francés en tierras del Islam, Madrid, Editorial Graphicae, 2018, 108 pp.

L’ouvrage du M. Driss El Ganbouri (face à face avec le diable : un jihadiste francais en terres d’islam) est consacré à l’étude d’un cas spécifique qui concerne un citoyen français qui a intégré le mouvement salafiste jihadiste au Maroc depuis les années quatre vingt dix, et pris la tète d’un groupe jihadiste qui planifiait commettre des attentas dans le pays, avant qu il ne soit arrêté en 2003, au lendemains des attentas de Casablanca perpétrés par des jihadiste le 16 Mai du même année.

L’ouvrage est publié en collaboration avec le centre CISEG (comunidad de inteligencia y seguridad global), à Barcelone, spécialisé dans le terrorisme et la sécurité. Le livre a été présenté par le directeur du centre, David Garriga Guitart, et le membre dudé centre Bahae Ediine Boumnina. Garriga, qui est professeur de criminologie à Barcelone, a précisé que le livre du M. El Ganbouri représente un outil massive dans le domaine de la compréhension du phénomène jihadiste dans le monde arabe ainsi que dans l’Europe. Il a souligné la difficulté de bien connaître le profile des personnes pouvant être captés par les jihadistes, du fait de la complexité d’enlever des caractères communs entre diferentes personnes élus par les mouvements jihadistes comme membre présumés.

Pour son part, Boumnina a considéré que l’ouvrage essaie de présenter une étude objective du phénomène, a partir d’un cas précis de ce français qui était l’un des premiers jihadiste européen à embrasser le mouvement jihadiste dans un pays arabe.

Dans la première partie du livre l’auteur fait un retour sur le passé du Robert Richard Antoine à Saint Etienne en France, depuis sa naissance en 1972 jusqu’ à sa conversion à l’islam en 1992. Il relate son abandon de ses études, ce qui lui a donné le sentiment de marginalisation dans son entourage. Son rencontre avec des immigrés turcs en France a été péremptoire dans sa décision d’épouser les idées salafistes après qu il’a choisi l’islam comme religion. L’auteur soulève dans cette partie le problème de la conversion en Europe comme un danger supposé d’être un pont vers le radicalisme, en l’absence des canaux légitimes qui peuvent assurer une conversion normale.

Le nouveau salafiste a gagné la Turquie, comme première étape dans sa recherche du soi même. Ensuite il est parti à Pakistan pour gagner enfin l’Afghanistan, où il rejoint un camp d’entrainement des jihadiste arabes. Il a passé six moi dansce camp, avant qu’ il ne quitte l’Afghanistan a cause de son maladie. A la fin des années quatre vingt dix il rejoint le maroc via la Turquie, où il s est marié avec une marocaine et pris la décision de rester au Maroc.

À Tanger Robert a fait connaissance avec des salafistes jihadistes qui lui ont proposé de former un groupe pour perpétrer des attentas contres les intérêts occidentales au Maroc.

La deuxième partie du livre est consacré a un document que l’auteur a reçu du Robert, et dans lequel il déclare abandonner les idées salafistes. Il s’agit d’un premier document de repentance dans le rang des jihadistes dans les prisons marocains.

La troisième partie est consacré a une longue interview quel auteur a réalisé avec Robert dans la prison, et dans lequel ce dernier a ouvert son coeur pour parler de sa trajectoire, de critiquer même les jihadistes et demande pardon.

Image-1

 

Télécharger le PDF intégral